La Cathédrale Notre Dame de Strasbourg

Cathédrale de Strasbourg de nuit

Cathédrale de Strasbourg de nuit

La Cathédrale Notre Dame de Strasbourg (ou Liebfrauenmünster zu Straßburg), également connu sous le nom de Strasbourg Minster, est une cathédrale catholique à Strasbourg, en Alsace. Bien que des parties considérables de celle-ci soient encore de l'architecture romane, elle est largement considérée comme l'exemple le plus fin de l'architecture gothique. Erwin von Steinbach est crédité pour les contributions importantes de 1277 à sa mort en 1318.

Son point le plus haut étant à 142 mètres, elle a été le plus haut bâtiment du monde de 1647 à 1874 (227 ans), quand elle a été surpassée par l'église St. Nikolai à Hambourg. Aujourd'hui, c'est la sixième plus haute église du monde et la plus haute structure existante entièrement construite au Moyen-Âge.​

Décrite par Victor Hugo comme une «merveille gigantesque et délicate», et par Goethe comme un «arbre de Dieu sublimement imposant et large», la cathédrale est visible de loin à travers les plaines d'Alsace et peut être vue depuis les Vosges ou la Forêt Noire de l'autre côté du Rhin. Le grès des Vosges utilisé dans la construction donne à la cathédrale sa teinte rose si caractéristique.​

Construction de la Cathédrale : 1176 - 1439

La construction a commencé avec le chœur et le transept nord dans un style roman inspiré par les cathédrales impériales dans sa monumentalité et hauteur. Mais en 1225, une équipe venue de Chartres a révolutionné la construction en suggérant un style d'architecture gothique. Les parties de la nef qui avaient déjà été commencées dans le style roman ont été démembrés et pour trouver l'argent pour finir la nef, un recours aux Indulgences en 1253 a été fait. L'argent a été géré par l'Œuvre Notre-Dame qui a également embauché des architectes et des travailleurs de la pierre. L'influence des maîtres de Chartres s'est également manifestée dans les sculptures et les statues: le pilier des anges, une représentation du Jugement Dernier sur un pilier du transept méridional, face à l'horloge astronomique, leurs doit son style.

Comme la ville de Strasbourg, la cathédrale relie les influences culturelles allemandes et françaises, tandis que les structures orientales, comme le chœur et le portail sud, ont encore des traits très romans, avec plus d'accent mis sur les murs que sur les fenêtres.

Le célèbre front ouest, orné de milliers de figures, est un chef-d'œuvre de l'ère gothique. La tour est l'une des premières à compter essentiellement sur l'artisanat, avec l'aspect final étant d'un haut degré de linéarité saisie dans la pierre. Alors que les façades antérieures ont certainement été dessinées avant la construction, Strasbourg a une des premières façades dont la construction était inconcevable sans dessin préalable. Strasbourg et la cathédrale de Cologne représentent ensemble quelques-unes des premières utilisations du dessin architectural. Le travail du professeur Robert O. Bork de l'Université de l'Iowa suggère que la conception de la façade de la Cathédrale de Strasbourg, semblant presque aléatoire dans sa complexité, peut avoir été construite à l'aide d'une série d'octogones tournés.

Sculptures portail Ouest de la Cathédrale de Strasbourg

Sculptures portail Ouest de la Cathédrale de Strasbourg

La tour nord, terminée en 1439, fut le plus haut bâtiment du monde depuis 1647 (lorsque la flèche de l'église Sainte-Marie de Stralsund fut brûlée) jusqu'en 1874 (date de l'achèvement de la tour de l'église St. Nikolai à Hambourg). La tour sud quand à elle n'a jamais été construite et par conséquent, avec sa forme asymétrique caractéristique, la cathédrale est maintenant le premier repère de l'Alsace. On peut voir à 30 kilomètres à la ronde, ce qui donne une vue sur les rives du Rhin depuis les Vosges jusqu'à la Forêt Noire. La tour octogonale comme on peut le voir est le travail combiné des architectes Ulrich Ensingen et Johannes Hültz de Cologne. Ensingen travailla sur la cathédrale de 1399 à 1419, et Hültz de 1419 à 1439.

En 1505, l'architecte Jakob von Landshut et le sculpteur Hans von Aachen terminent de reconstruire le portail Saint-Laurent en dehors du transept nord dans un style nettement post-gothique de la Renaissance. Comme pour les autres portails de la cathédrale, la plupart des statues actuellement visibles in situ sont des copies, les originaux ayant été déplacés au Musée de l'Œuvre Notre-Dame.