Découverte de la cité universitaire de la Robertsau à Strasbourg

vue-strasbourg-robertsau

Vue de Strasbourg depuis la Robertsau

La Cité Universitaire de la Robertsau à Strasbourg a été construite en 1966, par le Ministère de l’Education Nationale sur un terrain de 23 000 m², où était implantée auparavant une usine de bougie (Société HAEL) dont ne subsistent aujourd’hui que quelques fondations (visibles dans les vides sanitaires) et la maison de contremaître (rue silberath). 6 bâtiments ont été bâtis, sur rez-de-chaussée plus 4 niveaux, totalisant 906 chambres de 9 m² avec, très classiquement, un coin lavabo, cuisinettes et sanitaires en commun.

La Cité Universitaire a ainsi vécu une trentaine d’années avec, sur la fin des hivers difficiles en raison d’une isolation dégradée, alors qu’un simple mono-tube de chauffage traversait les chambres en façade.

Une rénovation s’imposait. Un premier projet envisageait de faire une studette avec 2 chambres, un autre prévoyait la disparition des couloirs, au profit de sanitaires dans chaque chambre accessible par des coursives extérieures.

Les décideurs ont préféré une rénovation à l’identique qui avait pour avantage principal de ne pas diminuer l’offre des chambres du CROUS et un coût raisonnable avec un loyer quasiment maintenu. C’est ainsi que de janvier 1999 à septembre 2002, les différents bâtiments ont été successivement en chantier, avec l’intervention de 11 entreprises (façades- menuiserie- platrerie- carrelage- sol- peinture- sanitaire- électricité- chauffage- mobilier).

La Cité y a gagné esthétiquement et surtout en confort, notamment :

  • l’isolation des chambres au bruit (porte pleine avec joints et seuils) au froid (double vitrage) et à la chaleur d’été (stores extérieurs)
  • la réfection complète des réseaux de fluides
  • la rénovation du mobilier (table de travail, réfrigérateur, chevet de lit)
  • la rénovation des cuisinettes et sanitaires d’étage (1wc et 1 douche pour 7 étudiants en moyenne).

Par la suite, toutes les chambres ont été rendues connectables aux réseaux informatiques (OSIRIS) et certaines ont été équipées de terminaux et écrans utilisables gratuitement.

Et aujourd'hui ?

Pour faire fonctionner la Cité Universitaire et la Résidence des Agapanthes à Strasbourg (219 studios construits rue Schott en 1992), le dispositif des emplois est le suivant :

  • administratifs : 4, 6 personnes
  • personnel d’accueil : 8, 2 personnes (24h sur 24, 365 jours par an)
  • personnel d’entretien et lingerie : 5
  • personnel d’étage : 13, 3 personnes ( 4, 4 temps plein par pavillon de 300 chambres)

La campagne d’affectation est pilotée par le CROUS (logement + bourses), qui distingue le Dossier Social Etudiant (DES) et le service des Relations Internationales (étudiants conventionnés et isolés). Une procédure de réservation est mise en place chaque année à partir du mois de janvier, via le site Internet du CROUS. Avec la mise en place du LMD, la rentrée s’effectue massivement dès début septembre (l’étalement des arrivées n’est plus qu’un souvenir).

Durant l’année, le Conseil de Résidence et l’Association des Résidents se chargent de faire vivre la Cité Universitaire de la Robertsau à Strasbourg au travers d’animations diverses.

La Cité Universitaire n’est certes pas située à proximité des facultés, mais elle est à distance raisonnable pour les trajets en vélo ou en bus. Son attrait majeur réside dans le cadre de verdure et la tranquillité d’un quartier proche des Institutions européennes et bien équipé (commerces rue Boecklin, terrain de sport du stade Jeanne d’Arc, piscine du Wacken, parc de l’Orangerie et de Pourtalès etc.). La plupart des étudiants demandent à y être renouvelés lors des choix d’affectation.