Les légions romaines en Alsace

Vers la fin du IIè siècle avant Jésus Christ, Rome a montré sa volonté à étendre son protectorat sur la Gaule. Mais ce n’est qu’en -58 que les Romains étaient arrivés en Alsace après s'être emparé de force Visontio (Besançon), une conquête qui a été suivie par la bataille d’Ochsenfeld contre les Suèves d’Arioviste. L’Alsace a été marquée par l’implantation de la légion romaine jusqu’à la fin de l'Empire.

Une présence romaine en Alsace depuis 58 av. J.-C.

Les Romains étaient arrivés en Alsace en 58 av. J.-C. sous le commandement de César. Six légions, soit 40 000 hommes, se sont installées dans le sud de l’Alsace. Arioviste, à la tête d’une fédération de peuples germains (Suèves, Triboques, Némètes et Vangions), qui s’est approprié de la Gaule plutôt, comptait de s’y réinstaller et s’engageait dans une guerre contre les romains : la bataille d’Ochsenfeld. A la tête de ses hommes répartis en six légions et d'unités auxiliaires, Jules César repousse Arioviste et ses troupes. L’engagement de la troisième ligne de légion commandée par Publius Crassius, un lieutenant de César, a permis à Rome de prendre le dessus sur la bataille. Le bord du Rhin était un endroit stratégique pour l’Empire romain, un rempart contre les éventuelles menaces des Germains, notamment les Suèves. Mais l’installation romaine en Alsace était perturbée par la rébellion de la tribu des Triboques dans le Nord et les attaques répétées des Suèves qui étaient restés présents dans la région.

Installation du camp de la legio VIII Augusta

Emblême de la LEG VIII

Emblême de la LEG VIII

Après plus d’un siècle de bataille pour défendre la frontière du Rhin, la colonisation romaine en Alsace est effective. Plusieurs troupes romaines ont installé leur camp dans la région, dont la XIè légion d’Argentoratum (Strasbourg) qui était contrainte de se retirer sur la frontière du Rhin en l’an 43 et 44 de l’ère chrétienne pour renforcer la conquête de la Grande-Bretagne. Vers 90 apr. J.-C., Argentorate abrite le campement de la « legio VIII Augusta ». En 59 av. J.-C., cette légion constituait l’une des trois garnisons de la légion romaine à Aquilée en Italie du Nord. Lors de la guerre des Gaule, elle portait le nom de Gallica avant d’être renommée Augusta à son retour en Italie. Elle est forte de 6 000 hommes et édifie des remparts de pierre et un camp en dur sur une superficie de près de vingt hectares.

Une économie basée sur le commerce

A l’époque, la vie économique de Strasbourg était concentrée autour du pouvoir d'achat des légionnaires. Le commerce de tout genre avec ces militaires était d’ailleurs la principale activité dans la ville. A l'extérieur du camp était construit un village avec des maisons de bois et des torchis où se sont installés les artisans, les commerçants, les aubergistes ... Et c’est d’ailleurs la présence de cette légion qui a marqué la ville en termes de culture et de brassage de population. En effet, cette légion s’est installée à Strasbourg pendant plus de 300 ans et a contribué dans la structuration de la ville et l’ensemble de la région alsacienne.