Histoire de la Legio VIII Augusta

Au cours de la guerre civile du premier siècle av. J.-C., la 8ème légion a été réactivée par les anciens combattants du Legio VIII de César par Octavianus (plus tard, empereur Auguste). Elle a obtenu le titre d'honneur de "Augusta". Il n'est pas sûr, où la légion était stationnée entre 27 avant JC et 14 après JC. Deux inscriptions trouvées en Tunisie peuvent indiquer la présence de la légion en Afrique du Nord pendant cette période. En 14 AD, la légion était basée à Pettau (Poetivio in Pannonia). Au début du premier siècle après JC, la Legio VIII Augusta appartenait à l'armée illyrique-moesienne aux Balcans. Il est possible que des parties de la légion soient impliquées dans l'invasion de la Grande-Bretagne sous Claudius en 42 après J.-C., bien qu'il n'y ait aucune preuve de cette théorie. Enfin, elle a été stationnée dans son quartier général à NOVAE (Bulgarie) de 44 à 69 après JC.


Emblême de la LEG VIII

Emblême de la LEG VIII

Sous Nero, le Legio VIII Augusta a reçu le titre "BIS AUGUSTA" pour certaines actions contre les Dacians ou les Sarmatiens en 45 après JC. Après la mort de Néron, elle a renoncé à ce titre. Dans la confusion de la guerre civile après la mort de Néron en 69 après JC, la légion a voté pour Otho et a envoyé un détachement de 2000 hommes en Italie (comme la 7ème et la 3ème légion ont également fait). Mais avant d'arriver en Italie, Otho fut vaincu par Vitellius de Cologne. Suite à cela, les légions du Danube ont voté avec les légions orientales pour Vespasianus. L'armée de Vespasien a vaincu Vitellius dans la bataille de Cremona (69 après JC).

La guerre civile et l'absence de grandes troupes ont été utilisées par les Bataviens dans le Bas-Rhin pour déclencher une révolte contre Rome. Après sa victoire en Italie, Vespasianus envoya immédiatement ses légions en Allemagne pour écraser la révolte. Après la restauration de la règle de Rome dans le Nord, la LEGIO VIII AUGUSTA déménagea à son nouveau siège à Argentoratum (Strasbourg) en 70 après JC, où la partie principale de l'unité était stationnée jusqu'au 5ème siècle, lorsque les Romains se retirèrent. Certains détachements (vexillationes) de la légion ont été stationnés dans le camp de Mirbeau (Bourgogne) dans la seconde moitié du premier siècle pour éviter les émeutes dans l'arrière-pays de la frontière.



La LEG VIII en escarmouche

La LEG VIII en escarmouche

En 74 AD LEGIO VIII AUGUSTA sous le commandement de Pinarius Clemens a construit une rue à travers la vallée de Kinzig (Forêt Noire) pour raccourcir le trajet d'Augusta Vindelicorum (Augsbourg) à Raetia à Mogontiacum (Mayence) en Haute-Allemagne. C'était le début de l'occupation du sud-ouest de l'Allemagne (territoire de l'actuel état fédéral du Bade-Wurtemberg). Les camps militaires ont été construits pour contrôler le nouveau lien entre le Rhin et le Danube et les colonies civiles sont apparues. Ces anciens postes militaires sont devenus des colonies civiles après que l'armée a déménagé dans d'autres endroits (comme Rottweil, Hüfingen, Ladenburg, etc.).


Les participations militaires et civiles de la Legio VIII

La LEGIO VIII AUGUSTA a probablement participé aux campagnes de Domicien contre les Chatti dans les montagnes de Taunus en 83/84 après JC et en 88/89 après JC. La pierre tombale de C. Valerius Crispus, trouvée dans la ville de Wiesbaden, peut confirmer cette participation. Crispus semble être mort pendant ces campagnes et a été enterré à Wiesbaden. Il n'est pas clair comment la légion a voté lors de la révolte de Saturninus en 89 après J.-C. mais Domitian n'a pas compté sur le Legio VIII, mais a amené le fidèle Legio VII d'Espagne à frapper la révolte.


Pendant longtemps, les caractéristiques de LEGIO VIII AUGUSTA étaient essentiellement défensive. Elle n'a guère participé aux diverses campagnes militaires de l'Empire. Les détachements de la légion ont été engagés avec des ordres de construction dans le nouveau territoire des Agri Decumates (Allemagne du Sud-Ouest), mais aussi en Gaule et en Dalmatie (aujourd'hui la Croatie). Ces unités ont restauré ou construit des forts auxiliaires à la frontière, les Limes, en Allemagne (Neckarburken, Oberscheidental, Miltenberg, Osterburken, Saalburg, Zugmantel, etc.). À côté de cela, la Legio VIII AUGUSTA a participé à des projets de construction civile. Elle a construit un aqueduc de 28 km de long pour l'approvisionnement en eau d'Argentoratum, des bains publics en Gaule et en Dalmatie (2 ème siècle en Asséria).


Le briquetage était dirigé par la légion à Strasbourg-Koenigshoffen et à Rheinzabern. Les carreaux montrant les signes de LEGIO VIII ont été trouvés dans un grand nombre de forts romains le long des limes, mais aussi dans des endroits en Basse-Allemagne, Raetia (Aalen) et en Gaule et dans des villes civiles comme Rottenburg am Neckar / Sumelocenna. La légion a produit sa propre céramique qui n'était utilisée que dans le quartier général de Strasbourg (Argentoratum). Dans la région de Saverne et à Norray (France), le personnel de la légion a laissé des inscriptions dans les carrières romaines. Une autre tâche de cette unité était le contrôle et la navigation sur la rivière Rhin (c'est ce que souligne la dédicace du legatus de la légion au Pater Rhenus ("Père Rhin", le dieu de la rivière) de 130 après J.-C.).


Argentoratum, le siège de la légion VIII

Argentoratum vue aérienne

Argentoratum vue aérienne

Le siège de la légion, la forteresse d'Argentoratum, a été construite par la LEGIO VIII, parce que la forteresse de la Legio II a été détruite ou fortement endommagée lors des batailles en 69 après JC. L'ancien camp n'était probablement qu'une construction de terre et de bois alors que le quartier général de la nouvelle légion était construit en pierre. La forteresse faisait 530 mètres x 375 mètres, c'est exactement le centre-ville médiévale de Strasbourg. La rue du Dôme actuelle suit la Via Principale romaine et la rue des Hallebardes actuelle suit le Roman par la praetoria. Au 2ème / 3ème siècle après JC, les murs de la forteresse de la légion ont été renforcés. Dans certaines parties, une double paroi a été érigée. Ainsi, les murs avaient une hauteur de 9 mètres et étaient d'environ 3,4 à 3,6 mètres de profondeur. En plus de cela, les légionnaires ont construit des tours semi-rondes le long des murs fortifiés.


Les petites unités de la LEGIO VIII AUGUSTA ont servi à différents postes. Ils devaient contrôler le trafic, les douanes et les tâches de police. Après leur service de 2 ans, ils ont habituellement dédié des autels à plusieurs dieux, avant de retourner au quartier général. À Osterburken (Baden-Wuerttemberg), une telle zone sacrée a été creusée et un grand nombre d'autels a été trouvé. Certains d'entre eux ont été créés par des membres de la LEGIO VIII. A Heidelberg, le bénéficiaire consularis C. Vereius Clemens consacre une colonne et un autel à Jupiter. Clemens adopte un ordre de garde au pont sur la rivière Neckar. Les légionnaires de la Legio VIII Augusta ont également servi dans la gare de Jagsthausen aux limes et des autels ont été recyclés dans une église médiévale à Olnhausen.


Au début des limes de l'Allemagne supérieure entre Bad Hönningen et Rheinbrohl, le Vixtbach (petite rivière) se trouvait la frontière entre les provinces romaines de Basse-Allemagne et de Haute-Allemagne. En 1810, deux autels ont été trouvés à cet endroit. L'un a été mis en place par des soldats de la Legio XXX de Vetera / Xanten en Basse-Allemagne et l'autre a été mis en place par Tertinius Severus de la Legio VIII Augusta. D'autres autels de la Legio VIII ont été trouvés à Obernburg près de la rivière Main.


Lorsque la Legio XI CPF a quitté son quartier général à Vindonissa / Windisch en Suisse, les soldats de la Legio VIII et les soldats de la Legio XXII étaient toujours là. Un patron d'un bouclier appartenant à un soldat de la Legio VIII a été trouvé à Vindonissa / Windisch. Un bouclier très similaire (mais dans un meilleur état) a été trouvé dans la rivière Tyne en Angleterre.

Le mur d'Hadrien

Le mur d'Hadrien

Sous l'empereur Adrien, les groupements de la légion ont été envoyés en Angleterre (entre 119 et 130 après JC), mais pas pour des campagnes militaires. Ils devaient soutenir la construction du mur d'Hadrien. En 186-213 après J.-C., la légion avait le titre de «pia fidelis constans commoda», qui lui a été donnée pour sa loyauté envers l'empereur Commode pendant la révolte de Maternus. Après la mort de Commode, elle a abandonné ce titre. Au début du 3ème siècle, la période de paix pour la légion était terminée. Des sources rapportent des luttes contre les "defectores et rebelles", les partisans de Clodius Albinus.

Sous Septimius Severus, certaines parties de la légion ont probablement participé à la campagne contre les Parthes et à nouveau en 233 après JC dans la campagne de Severus Alexander à l'Est. L'absence d'un grand nombre d'unités militaires de la frontière a été utilisée par les Alamans pour envahir l'Allemagne du Sud-Ouest. Les Romains ont alors rassemblé leurs troupes à Mayence pour une offensive. Bien qu'il n'y ait aucune preuve historique, il est très probable que la LEGIO VIII AUGUSTA faisait partie de cette armée.

Lorsque les Alamans ont finalement conquis les Agri Decumates en 250-60 AD, la légion est devenue une unité de frontière directe. Dans le cadre de l'armée de terrain mobile, la légion a combattu contre les Allemands dans la région du Rhin et du Danube.

Pendant la longue période de 270 à 371 après JC, il n'y a aucune source qui nous parle de la légion. Mais une inscription de Zurzach (Suisse) de 371 AD mentionne "LEGIO OCTA (au mois d'août) ANENSIUM". Au 5 ème siècle, la légion est mentionnée dans Notitia Dignitatum comme «OCTAVANI», faisant partie des legiones palatinae. Elle est alors située en Italie, après que les unités romaines restantes ont été appelées à protéger Rome en 401 après JC. Sa destinée supplémentaire est inconnue.

BONUS : journées romaines à Autun en 2016 (par leg8.com)